Interview : l’ESL se développe en France

Après inauguration du nouveau «Studio» ESL à Ivry-sur-Seine, dernièrement, Samy Ouerfelli, directeur général France de l’ESL revient , par le biais d’une interviews, sur l’actualité d’ESL et de son partenariat avec le groupe Canal+ et Vivendi.

«Vous avez annoncé un partenariat avec le Groupe Canal et Vivendi il y a un mois, en quoi va-t-il consister ?
C’est un partenariat clé pour nous. On va utiliser l’expertise de l’ESL sur l’eSport, nos connaissances de la communauté et des jeux et on va la mixer avec les actifs de Vivendi et le savoir-faire du Groupe Canal sur le sport, sur la narration autour des joueurs. L’objectif, c’est de faire en sorte que la France puisse rayonner à l’international, avec un produit national. Mais on veut aussi pouvoir mettre des joueurs en lumière sans être forcément tournés vers les équipes internationales, pour qu’on en sache plus sur les gens qui travaillent chez orKs eSports ou aAa par exemple. Canal, via son Canal eSports Club entre autres, permettra aussi de démocratiser le mouvement. L’aspect compétitif est encore perçu par certains comme totalement ludique alors qu’on est dans un métier.

Le communiqué évoquait la création de «ligues officielles eSports en France»…
On veut créer une ligue nationale de grande ampleur sur les jeux connus du circuit eSports. Et ce à la manière du football par exemple, avec une saison «aller» et une saison «retour», de manière à occuper le territoire médiatique tout au long de l’année. On aimerait vraiment mettre en place un système qui, à terme, se rapproche du sport traditionnel, en travaillant avec les régions, en poussant les joueurs à faire le pas vers la compétition par exemple. Les jeux seront choisis en fonction de plusieurs critères, aujourd’hui rien n’est défini. On travaille encore sur la structure.

On peut également imaginer voir des événements de grande ampleur, comme les ESL One ou les IEM, organisés en France, dans des salles comme l’Olympia par exemple ?
On peut enlever le «imaginer». Ça arrivera. L’Olympia est un exemple mais on n’a pas vocation à seulement occuper cette salle. Les compétitions vont être telles qu’à un moment on risque de s’y retrouver à l’étroit. Concernant les événements d’ampleur internationale, comme ceux organisés à New-York, Cologne ou Katowice, nous travaillons activement sur la question. Il en y aura en France. Et pas forcément sur Paris, on a d’autres villes qui ont tout ce qu’il faut pour mettre en place une telle manifestation. L’important c’est de travailler avec des gens qui s’engagent pour que ces événements soient réussis.

Un mot sur le Studio que vous inaugurez à Ivry-sur-Seine ?
Il s’agit d’un bâtiment de 750m², avec plusieurs studios en son sein et une arène pouvant accueillir jusqu’à 200 personnes.. On se focalise là sur notre spécialité qui est l’esport et la production de contenus audiovisuels. Ça sera aussi un soutien à la ligue nationale puisque tout ne peut pas être fait à l’Olympia ou des salles de ce genre.»

Source : Paul Arrivé pour l’équipe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

shop giay nuthoi trang f5Responsive WordPress Themenha cap 4 nong thongiay cao gotgiay nu 2015mau biet thu deptoc dephouse beautiful